All posts by Administrator

Council Meeting  / Réunion du Conseil 2021-12-06

(français ci-dessous)

I went to last Monday’s Council meeting with a sense of both gladness and curiosity. Gladness at the major changes that the recent election brought and curiosity how the new Council would function. I left at the end, two hours later, with a feeling of optimism and a new belief in local participatory democracy. I must say this was a very new feeling, because since my arrival in North Hatley 18 years ago, coming home with a sense of futility from countless Council meetings had become the norm for me, especially in the last 8 or 9 years. 

For the first time, I felt confidence in our elected representatives and in our Director-General. The meeting was not tedious, it did not put the few of us who were there to sleep … with an endless word-by-word reading of every item on the agenda. The format of the meeting was new as was the seating arrangement. The Mayor and the DG sat side-by-side and gave a brief resumé of most items, adding clear explanations where required. What a refreshing contrast to the past! 

So much has changed: there are five new councillors, a new mayor and an improved way of conducting the meeting. Moreover, we were told that other important systemic changes were slated for early 2022. Among them, inviting citizens to attend the first part of Council’s work sessions, one week prior to the formal meeting. Here they will be able to discuss issues, voice concerns and express opinions, before decisions are made. In addition, the Mayor intends to keep her Town Hall office door open for citizens to drop in unannounced. 

Up till now, our only option has been to go to monthly council meetings and be presented with a series of faits accomplis. Decisions, taken behind closed doors, were routinely adopted without any discussion and citizens rarely received meaningful replies to their questions. This was stretching the concept of democracy, meaning ‘’rule by the people’’, to the breaking point.

When implemented, these changes will represent a major departure from the secretive and controlling behaviour of previous administrations. Time will tell of course, but I came away feeling encouraged and hopeful for renewed democracy at our local government level. Regrettably, only four citizens were present at this first full meeting, but this allowed each of us to ask several questions and get thorough replies. There was a feeling of openness, with nothing to hide. 

The only glitches came with Zoom participation. With the new seating layout, citizens can attend in person and feel both safe and welcome. If it is maintained, this new climate will possibly incite more people to attend the full meeting and, even more so, to participate in the work sessions when this becomes possible.

Among the business of the day, we learned that the roof of the Town Hall and Community Centre is to be rebuilt almost immediately, at no cost to taxpayers thanks to government grants. The purchase of a nearly new backhoe was justified in the light of annual rental costs and of its diversity. 

The important question was raised of what will or will not happen in the Town’s flood plain, where the threat of a multi-storey mega-project has been hanging over our heads for far too long. We were assured that documents such as the Management Plan and the PPU (Plan particulier d’urbanisme or Special Planning Program) would be thoroughly reviewed and would be set aside if judged inappropriate. We were given the impression that this would be the case. Pre-election statements certainly showed no signs of support for this project among our new representatives. 

We were told, regardless of government decisions pertaining to construction in areas prone to flooding, that the Town would take the driver’s seat in determining the future of this low-lying zone, with the full participation of the population. And that such decisions, in this or other zones, will not be left in the hands of would-be developers. I would say that it was this project, since first announced in 2013, that destroyed the feeling of participation in municipal affairs that many citizens had previously exercised and enjoyed. Several citizens’ committees became dysfunctional and ceased to exist. It became a very divisive ‘’us against them’’ issue for many people.

Reviving these committees as well as possibly new ones also appears to be high on the Mayor’s agenda. She recognises that this is a win-win situation, whereby people with skills, energy or ideas are given the opportunity to promote improvements which are of benefit to the community at large. Such collaboration with our elected officials lessens the load on both their shoulders and those of municipal employees.  

Michael Grayson, December 9, 2021

__________________

Je me suis rendu à la réunion du Conseil de lundi dernier avec un sens de curiosité et d’anticipation. Curieux de voir comment ce nouveau Conseil se comportera et espoir pour un vent de changement. Je suis parti à la fin, deux heures plus tard, avec un sentiment d’optimisme et une croyance renouvelée en la démocratie participative locale. Je dois dire que c’était un sentiment tout à fait nouveau, car depuis mon arrivée à North Hatley il y a 18 ans, rentrer à la maison avec un sentiment de futilité d’innombrables réunions du Conseil était devenu la norme pour moi, surtout au cours des 8 ou 9 dernières années.  

Pour la première fois, j’ai eu confiance à l’ensemble de nos représentants élus et en notre directeur général. La réunion ne se déroulait pas fastidieusement comme dans le passé. Elle n’a pas endormi les quelques citoyens présents, avec une lecture sans fin, mot par mot, de chaque point à l’ordre du jour. Le format de la réunion était nouveau, tout comme la disposition des places. La mairesse et le DG se sont assis côte à côte et ont donné un bref résumé de la plupart des points à l’agenda, en ajoutant des explications claires quand requises. Quel contraste rafraîchissant avec le passé!

Tant de choses ont changé: il y a cinq nouveaux conseillers et conseillères, un nouveau maire et une façon nettement améliorée de mener la réunion. De plus, on nous a annoncé d’autres changements systémiques importants pour l’année prochaine. Parmi ceux-ci, inviter les citoyens à assister à la première partie des séances de travail du Conseil qui ont lieu une semaine avant la réunion officielle. Ici, ils seront en mesure de discuter des problèmes, d’exprimer leurs idées et opinions, avant que les décisions ne soient prises. De plus, la mairesse a l’intention de garder la porte de son bureau de l’hôtel de ville ouverte pour que les citoyens passent à l’improviste.

Jusqu’à présent, notre seule option a été d’aller à des réunions mensuelles du conseil et d’être présenté avec une série de faits accomplis. Décisions prises à huis clos ont été régulièrement adoptées sans aucune discussion et les citoyens ont rarement reçu des réponses significatives à leurs questions. Il s’agissait d’étirer le concept de démocratie, c’est-à-dire « gouvernement par le peuple » jusqu’au point de rupture.

Une fois mis en œuvre, ces changements représenteront une modification majeure par rapport au comportement secret et contrôlant des administrations précédentes. Le temps nous le dira bien sûr, mais je suis reparti me sentant encouragé et plein d’espoir pour une démocratie renouvelée au niveau de notre gouvernement local. Malheureusement, seuls quatre citoyens étaient présents à cette première nouvelle vague, mais cela a permis à chacun d’entre nous de poser plusieurs questions et d’obtenir des réponses approfondies. Il y avait un sentiment d’ouverture, avec rien à cacher.

Les seuls problèmes sont venus avec la participation par Zoom qui prenait trop de temps. Grâce à la nouvelle disposition des sièges, les citoyens peuvent y assister en personne et se sentir à la fois en sécurité et bienvenus. S’il est maintenu, ce nouveau climat pourrait inciter plus de personnes à assister à la réunion plénière et, plus encore, à participer aux séances de travail lorsque cela deviendra possible.

Parmi les affaires courantes, nous avons appris que le toit de l’hôtel de ville et du centre communautaire sera reconstruit presque immédiatement, sans frais pour les contribuables grâce à des subventions gouvernementales. L’achat d’une rétrocaveuse presque neuve était justifié à la lumière des coûts de location annuels et de sa polyvalence. 

La question importante a été soulevée de savoir ce qui pourrait se passer dans la plaine inondable de la ville, où la menace d’un mégaprojet à plusieurs étages plane au-dessus de nos têtes depuis trop longtemps. On nous a assuré que des documents tels que le Plan de gestion et le PPU (Plan particulier d’urbanisme) feraient l’objet d’un examen approfondi et seraient mis de côté s’ils étaient jugés inappropriés. On nous a donné l’impression que ce serait le cas. Les déclarations pré-électorales n’ont certainement montré aucun soutien à ce projet parmi nos nouveaux représentants.

On nous a dit, indépendamment des décisions gouvernementales relatives à la construction dans les zones sujettes aux inondations, que la Ville prendrait le siège du conducteur en déterminant l’avenir de cette zone humide, avec la pleine participation de la population. Et que de telles décisions, dans cette zone ou d’autres, ne seront pas laissées entre les mains de promoteurs / développeurs. 

Je dirais que c’est ce projet, annoncé pour la première fois en 2013, qui a détruit le sentiment de participation aux affaires municipales que de nombreux citoyens avaient auparavant exercé et apprécié. Presque tous les comités volontaires sont devenus dysfonctionnels et ont cessé d’exister. Le projet a polarisé la communauté, en créant un sens de « nous contre eux » pour beaucoup de gens.

La relance de ces comités, ainsi que la possible mise sur pied d’autres, semble également une priorité pour la mairesse. Elle reconnaît qu’il s’agit d’une situation gagnant-gagnant, dans laquelle les personnes ayant des compétences, de l’énergie ou des idées ont la possibilité de promouvoir des améliorations qui profiteraient à la communauté dans son ensemble. Une telle collaboration avec nos élus réduit la charge sur leurs épaules et sur celles des employés municipaux.  

Michael Grayson, 09 décembre2021