All posts by Administrator

Place aux urnes / Into the ballot box

(English follows)

Maintenant de retour de vacances, je donne suite à l’invitation de M. Paul St-Pierre de répondre aux questions adressées dans sa lettre publiée sur le site FANHCA le 20 août 2021. Les questions sont pertinentes. J’en profite également pour présenter une partie de mon expérience à la municipalité et ma vision pour la suite.

Projet de condos dans la zone inondable

Ce projet a été présenté aux citoyens au moment où je n’étais pas conseiller municipal, mais j’étais présent dans la salle à ce moment-là. Depuis, mon opinion est demeurée la même : par sa hauteur et son envergure (nombre d’unités), ce projet tel que présenté, n’offre pas une intégration harmonieuse avec son environnement.

Quant au site identifié par la zone inondable, la municipalité (et toutes les autres concernées) est toujours en attente d’une position finale du gouvernement. Si la construction de bâtiments est autorisée, je serais favorable pour autant qu’il réponde à mes préoccupations d’intégration exprimées plus haut. Si aucune construction n’est autorisée, nous devrions alors amorcer une réflexion et une consultation publique pour convenir de l’utilisation et de l’aménagement possible de cet espace. Une chose est claire pour moi, l’état actuel de ce secteur est inacceptable.

NHRS

Je vous assure qu’aucun membre du Conseil ne visait et ne vise l’élimination de NHRS. De part et d’autre, différentes situations ont contribué à la détérioration de la relation (parfois fondées, parfois non fondées) et ont mené malheureusement à certaines interventions et prises de position qui étaient inappropriées.

Je retiens de cette triste et douloureuse histoire la leçon suivante : je n’ai pas posé les bonnes questions au bon moment et voyant l’impasse des discussions j’aurais dû insister pour qu’un exercice de médiation soit tenté.

Heureusement, il y a quelques mois une rencontre positive entre NHRS et les membres du Conseil s’est conclue par une volonté bien sentie de chacune des parties de reprendre cette collaboration. Il n’y a aucun doute dans mon esprit que l’implication de NHRS dans notre communauté représente un actif majeur et qui nous manque actuellement. En ce sens, j’ai proposé au Conseil qu’une politique de soutien aux organismes communautaires (OBNL) soit élaborée.

Le Connaught

Ce projet a soulevé beaucoup de discussions de la part des membres du Conseil et de plusieurs citoyens. Je suis suffisamment présent auprès des citoyens pour avoir bien senti l’appui favorable de la population au projet de construction d’un nouvel immeuble d’habitation.

J’ai personnellement émis le commentaire aux instigateurs du projet qu’un plus grand effort devait être investi dans la conception architecturale du bâtiment. À cet effet, le Conseil a suggéré une démarche qui a grandement bénéficié à l’esthétisme architectural du projet.

Finalement, la consultation publique, où une grande majorité des citoyens présents a exprimé son appui au projet, aura été sans aucun doute un élément déterminant. Mes collègues qui ont voté contre le projet s’appuyaient sur des motifs valables. Les autres, dont moi, ne pouvaient ignorer le souhait exprimé par les citoyens.

Pour ma part, je juge le résultat acceptable dans l’ensemble bien qu’imposant sachant que le projet répond à un besoin de logement. 

Le CCUP et la transformation du village

Je sais exactement de quels dossiers nous parlons ici. Les membres du CCUP ont pour rôle d’exprimer leur appréciation pour plusieurs caractéristiques liées au projet à étudier. Cet exercice est guidé non pas par des préférences personnelles, mais par des critères décrits au Plan d’implantation et d’intégration architectural (PIIA) de la municipalité. Bien que des nuances puissent être exprimées dans l’appréciation qu’on fait de chacun des critères, on ne peut enlever, modifier ou ajouter des critères.

Suivant cet exercice, le CCUP formule au Conseil sa recommandation. Dans le cours du processus, l’inspecteur municipal s’assure d’identifier les règlements applicables au projet et de leur respect. L’émission ou non du permis doit donc s’appuyer sur des éléments tangibles afin que les demandeurs et leurs professionnels mandatés pour la préparation des plans et devis de leur projet puissent s’y référer pour faciliter leur travail. Refuser un projet sans motifs se référant aux exigences décrites au PIIA et au Règlement pourrait exposer la municipalité à des recours légaux.

Il est arrivé quelquefois où je me suis retrouvé (ainsi que mes collègues) à juger des éléments d’architecture pour lesquels j’étais inconfortable et que le PIIA ne me permettait pas de le juger non conforme. Dans ces cas, sur la base d’un consensus des membres du CCUP, des recommandations d’améliorations étaient formulées.

J’ai informé le Conseil que le PIIA et quelques règlements ne répondaient pas adéquatement aux nouvelles tendances architecturales. À mon avis, il est possible d’actualiser ses outils de référence à un coût raisonnable. Nous avons dans notre communauté suffisamment d’expertise (architecte, designer, urbaniste, technologue en bâtiment) pour réfléchir à cette nouvelle réalité et pour formuler des recommandations en ce sens au Conseil. Je crois donc qu’un comité devrait être formé pour regrouper ses experts autour de cet enjeu.

Aussi, une pratique à envisager serait, dans le cas de projet ayant un impact significatif sur son environnement, de vérifier si les voisins sont informés du projet. La démarche peut s’avérer délicate, mais elle mérite d’être évaluée.

L’avenir

Je profite également de l’occasion pour vous parler du cheminement qui m’a conduit à m’impliquer concrètement dans la vie politique de notre municipalité.

Ma vie professionnelle m’a amené à voyager partout au Québec. J’ai vu de beaux endroits où j’aurais pu choisir de vivre; j’avais l’opportunité de le faire. Après quelques années de recherches et de réflexions, c’est North Hatley qui a retenu notre attention. Nous ne l’avons jamais regretté. À preuve, nous y faisons construire notre prochaine maison.

Les raisons de notre choix sont essentiellement les mêmes que tous ceux et celles reconnaissent en vivant ici : un village à l’échelle humaine, une offre de services pratiques (même si elle est incomplète) et surtout un environnement qui fait l’envie de beaucoup de gens au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde. Rapidement j’y ai fait mes racines, j’ai développé des liens avec plusieurs citoyens (anglophone et francophone) et je me suis fait un devoir d’encourager nos commerçants. De la même façon, j’ai choisi des professionnels de la région pour notre projet de construction de maison (architecte, entrepreneurs, fournisseurs).

C’est ainsi que rapidement, des citoyens m’ont interpellé pour que je pose ma candidature au poste de conseiller municipal. J’en ai retiré une expérience enrichissante, mais très exigeante. La diversité des sujets à traiter est impressionnante et les défis sont nombreux.

C’est l’exercice de planification stratégique que j’ai présidé qui m’a convaincu que nous avions tous les ingrédients pour assurer le développement de notre village, dans le respect de son identité distinctive. Parce que cet exercice a mobilisé de nombreux citoyens et permis d’identifier les axes de priorités pour plusieurs années à venir qui sont en harmonie avec l’âme de notre village.

Je crois que le succès des actions à venir reposera sur :

  • Un leadership inspirant, collaboratif et démocratique qui interpellera tous les acteurs de notre milieu (internes et externes) autour des priorités dont nous aurons convenu (citoyens et élus). Mon leadership se caractérise par la réflexion, la médiation, l’action.
  • Une communication franche mais respectueuse, ouverte mais structurée pour favoriser l’interaction entre les citoyens, les élus et la municipalité afin que les attentes et les priorités soient clairement exprimées et comprises;
  • Une plus grande collaboration avec les organismes communautaires et les municipalités voisines pour relever le défi des actions à entreprendre et répondre aux enjeux économiques et environnementaux qui occuperont de plus en plus d’espace dans les préoccupations des citoyens.
  • J’ai souvent dit aux membres du Conseil que nous n’aurons jamais assez de têtes et de bras pour faire tout le travail. Il faut encourager l’implication citoyenne.

Je crois avoir démontré mon attachement à notre village. Mon implication a toujours eu pour objectif de répondre aux préoccupations et au développement de notre communauté dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens. J’ai commis des erreurs bien sûr. Le sachant je travaillerai à ne pas les répéter.

Je compte donc poursuivre mon implication en mettant à profit mon expérience de la politique municipale des dernières années et mes nombreuses années d’expérience en gestion d’équipes multidisciplinaires, de comités, de développement de partenariats avec plusieurs organismes. Je serai donc candidat aux prochaines élections au poste de maire.

Guy Veillette

Conseiller municipal et candidat à la mairie de North Hatley

_______________________

Now back from vacation, I am following up on Mr. Paul St-Pierre’s invitation to respond to the questions expressed in his letter published on the FANHCA website on August 20, 2021. The questions are pertinent. I also take this opportunity to present some of my experience at the municipality and my vision for the future.

Condo project in the flood zone

This project was presented to the citizens when I was not a city councillor, but I was present in the room at this time. Since then, my opinion has remained the same: because of its height and size (number of units), this project as presented, does not offer a harmonious integration with its environment.

Concerning the site identified by the flood zone, the municipality (and all others concerned) is still waiting for a final position from the government. If building construction is allowed, I would be in favor as long as it meets my integration concerns expressed above. If no building is allowed, then we should initiate a process of reflection and public consultation to agree on the possible use and development of this space. One thing is clear to me, the current state of this area is unacceptable.

NHRS

I can assure you that none of the City Council members were or are aiming to eliminate NHRS. There were a number of situations on both sides that contributed to the deterioration of the relationship (sometimes founded, sometimes unfounded) and unfortunately led to some inappropriate interventions and positions.

I learned the following lesson from this sad and painful story: I did not ask the right questions at the right time and seeing the impasse in the discussions I should have insisted that a mediation exercise be attempted.

Fortunately, a few months ago, a positive meeting between NHRS and the Board members resulted in a strong willingness on both sides to resume this collaboration. There is no doubt in my mind that the involvement of NHRS in our community represents a major asset that is currently missing. In this sense, I have proposed to the Board that a policy of support for community organizations (NPO) be developed.

The Connaught

This project has been the subject of much discussion by City Council members and many citizens. I have been around enough to feel the support of the population for the construction of a new apartment building.

I personally made the comment to the instigators of the project that more effort should be invested in the architectural design of the building. To this end, the Council suggested an approach that greatly benefited the architectural aesthetics of the project.

Finally, the public consultation, where a large majority of the citizens present expressed their support for the project, was without a doubt a determining factor. My colleagues who voted against the project had valid reasons. The others, including myself, could not ignore the wishes expressed by the citizens.

For my part, I find the result acceptable on the whole, although imposing, but pleased that the project meets a housing need.

The CCUP and the transformation of the village

I know exactly what issues we are talking about here. The role of the CCUP members is to express their appreciation for several characteristics related to the project under consideration. This exercise is guided not by personal preferences, but by criteria outlined in the municipality’s Site Planning and Architectural Integration Program (SPAIP-PIIA in French). While nuances may be expressed in the assessment of each criterion, no criteria can be removed, modified or added.

Following this exercise, the CCUP makes its recommendation to Council. In the process, the municipal inspector ensures that the applicable by-laws are identified and complied with. To grant a permit or not must therefore be based on tangible elements so that the applicants and their professionals mandated to prepare the plans and specifications for their project can refer to them to facilitate their work. Refusing a project without reasons referring to the requirements described in the SPAIP and the By-law could expose the municipality to legal recourse.

There have been times when I (and my colleagues) have found myself judging architectural elements that I was uncomfortable with and that the SPAIP did not allow me to judge as non-conforming. In these cases, based on a consensus of the members of the CCUP, recommendations for improvements were made.

I have informed Council that the SPAIP and some of the by-laws do not adequately respond to new architectural trends. In my opinion, it is possible to update these reference tools at a reasonable cost. We have enough expertise in our community (architect, designer, urban planner, building technologist) to reflect on this new reality and to make recommendations to Council. I believe that a committee should be formed to bring together these experts around this issue.

Also, a practice to consider would be, in the case of a project having a significant impact on its environment, to verify if the neighbors are informed of the project. This may be a delicate process, but it is worth evaluating.

The future

I would also like to take this opportunity to tell you about the path that led me to become involved in the political life of our municipality.

My professional life has led me to travel throughout Quebec. I have seen beautiful places where I could have chosen to live; I had the opportunity to do so. After a few years of research and reflection, North Hatley caught our attention. We have never regretted it. The proof is that we are building our next home there.

The reasons for our choice are essentially the same as all those who recognize by living here: a village on a human scale, a practical (even if incomplete) service offer and, above all, an environment that is the envy of many people in Quebec, in Canada and elsewhere in the world. I quickly put down roots here, developed ties with many citizens (English and French) and made it my duty to encourage our merchants. In the same way, I chose local professionals for our home building project (architect, contractors, suppliers).

Quickly, I was approached by citizens to run for the position of city councilor. It’s an enriching experience but very demanding experience. The diversity of the issues to be dealt with is impressive and the challenges are numerous.

The strategic planning exercise that I chaired convinced me that we had all the ingredients to ensure the development of our village, while respecting its distinctive identity. Because this exercise mobilized many citizens and allowed us to identify the axes of priorities for several years to come that are in harmony with the soul of our village.

I believe that the success of future actions will depend on :

  • An inspiring, collaborative and democratic leadership that will challenge all the actors of our environment (internal and external) around the priorities we will have agreed upon (citizens and elected officials). My leadership is characterized by reflection, mediation and action.
  • Frank but respectful, open but structured communication to promote interaction between citizens, elected officials and the municipality so that expectations and priorities are clearly expressed and understood;
  • Greater collaboration with community organizations and neighbouring municipalities to meet the challenge of taking action to address the economic and environmental issues that will increasingly occupy the concerns of citizens.
  • I have often told at the Council that we will never have enough heads and arms to do all the work. We must encourage citizen involvement.

I believe I have demonstrated my attachment to our village. My involvement has always been aimed at addressing the concerns and development of our community in the interest of whole citizens. I have made mistakes of course. Knowing this, I will work to avoid repeating them.

I therefore intend to continue my involvement by putting to good use my experience in municipal politics over the last few years and my many years of experience in managing multidisciplinary teams, committees and developing partnerships with several organizations. I will therefore be a candidate in the next elections for the position of mayor.

Guy Veillette

City Councillor and candidate for Mayor of North Hatley

Our Lake – Access and Noise / Notre Lac – Accès et Bruit

(français ci-dessous)

Blue Massawippi General Manager Michèle Gérin writes in the recent newsletter about two issues that are forefront regarding boating on Lake Massawippi: the increasing demands for less restrictive access for launching boats and the concerns about motorboat noise. 

We encourage you to read the newsletter, to voice opinions, to support Blue Massawippi and to write to our MP, The Hon. Marie-Claude Bibeau. The jurisdiction of navigable waterways falls is a federal responsibility and Mme Gérin calls on “..the federal government and Transport Canada to provide a simple pathway for municipalities, and this is urgent.” 

Redonnez aux Québécois l’accès aux plans d’eau publics, an article by Stephan Bourgeois in Le Devoir is referred to in the Blue Massawippi commentary and that article is replied to by Gaétan Matte, a citizen undertaking a long St. Lawrence River trip in a kayak. 

The Blue Massawippi Newsletter and the articles in Le Devoir are fascinating reads and very timely regarding our lake. The latter two are available in French only but easily readable with online translation.

– Team Fanhca

_________________

La directrice générale de Bleu Massawippi, Michèle Gérin écrit dans l’infolettre récente au sujet de deux enjeux d’actualité concernant la navigation de plaisance sur le lac Massawippi : les demandes croissantes pour un accès moins restrictif pour la mise à l’eau des bateaux et les préoccupations concernant le bruit des bateaux à moteur.

Nous vous encourageons à lire le bulletin, à exprimer leurs opinions, à soutenir Blue Massawippi et à écrire à notre député, l’hon. Marie-Claude Bibeau. La juridiction des chutes des voies navigables est une responsabilité fédérale et Mme Gérin appelle « ..le gouvernement fédéral et Transports Canada à fournir une voie simple pour les municipalités, et c’est urgent ».

Redonnez aux Québécois l’accès aux plans d’eau publics, un article par Stephan Bourgeois dans Le Devoir est cité dans le commentaire de Blue Massawippi et cet article est répondu par Gaétan Matte, un citoyen entreprenant une longue excursion sur le fleuve Saint-Laurent en kayak.

L’infolettre Bleu Massawippi et les articles du Devoir sont des lectures fascinantes et très actuelles concernant notre lac.

– Équipe Fanhca