Respecting our lake / Respecter notre lac

(français ci-dessous)

Shortened version of letter sent to Council

I fully agree with Blue Massawippi’s reaction to the draft version of the Strategic Plan. The preliminary version of the plan scarcely mentions the lake, even though it is widely recognized as one of North Hatley’s most precious assets, by both residents and visitors. The lake is simply taken for granted, in spite of being in a pretty precarious state, according to several criteria. The quality of OUR lake is at risk of progressive deterioration, unless more stringent measures are taken by each of the five municipalities around the lake.

I was therefore glad to learn that at their March 1st meeting, Council acknowledged this important omission and voted to postpone the plan’s adoption. Hopefully, the final version will highlight many of the important problems threatening the lake and set out steps to counter some of them.

In a nutshell, without any order of importance, the following problems must be addressed with greater action and conviction than in the past. 

  • Non-compliance with rules concerning the shoreline vegetative buffer zone;
  • Non-compliance with rules prohibiting the use by gardeners or lawn-care companies of toxic products or overly potent fertilizers;
  • Monitoring of streams entering the lake and taking appropriate measures to reduce sedimentation or toxicity;
  • Salt-spreading on roads in winter … North Hatley uses more than 300 metric tons each year, without including Route 108. 
  • Replacing the concrete retaining wall separating Dreamland Park from the lake;
  • Excessive and annually increasing motorized traffic on the lake;
  • The high risk of zebra mussels entering and infesting the lake.

The municipality should enforce existing by-laws with regard to the first two problems above. Together with the third, these are the main contributors to annual blue-green algae blooms (cyanobacteria). Increasingly hot summers promote these blooms, as do motor boats stirring up sediments in shallow parts of the lake. The problem of weeds is also exacerbated in shallow areas, by propellors shredding them and provoking vigorous regrowth.

While farming has in the past been a big contributor to phosphates entering the lake, measures to reduce run-off have been taken. Interestingly, households are more likely than farmers to use toxic gardening products excessively, due to cost considerations.  Education is the best solution … there are ecological alternatives … where this fails, bylaws should be enforced. 

The prescribed vegetative buffer zone, at least 5 m wide, along the shore of lakeside properties provides benefits to the lake and aquatic life, the absorption of harmful run-off being one. Lawns must not extend to the water’s edge. This applies equally to river front properties, while streams should also be treated in similar ways. Streams entering the lake from the golf course need special attention; there are ways to reduce their toxicity, where necessary.

Road salt run-off into the lake and river is a major threat to water quality and aquatic life. The Village could take steps to significantly reduce salt use, especially on flatter sections of the local road network. Drivers should not expect summer conditions on winter roads. As for Route 108, Transports Québec has elsewhere reduced salt use in ecologically sensitive areas. Most of 108 in North Hatley (Capelton and Magog Roads) is definitely such a case; but has the Village ever requested that it be treated as an ecoroute? 

Decisions will soon have to be taken about the 60-year-old concrete retaining wall along the front of Dreamland Park, due to its deteriorating state. Rather than rebuilding it, the Environment Ministry has asked the Village to restore a natural beach. This would comply with shoreline regulations, be far more friendly to the environment and more economical.

Among Blue Massawippi’s greatest concerns is the risk of zebra mussels infesting the lake: they say it’s a bomb waiting to explode. Many boats are apparently entering the river or lake in North Hatley without washing. Even light craft such as kayaks and paddle boards are potential culprits. This is an issue which Council needs to address.  

Blue Massawippi has been working on an “Intelligent boating” study since 2019, with funding from Ottawa. Among its goals are the mapping of sensitive areas in the lake that motor boats should avoid. In addition, pollution by motor-boats needs to be better quantified and tackled. Wider use of electric boat motors could alleviate certain problems in the future.  

Every lake can also be said to have an environmental capacity: in other words, how much motorized traffic it can accommodate without detriment to softer users (kayaks, canoes, sail-boats, etc), to lakeside residents and to the lake itself. This evaluation is still a work in progress by Blue Massawippi, but needs to be carefully borne in mind, especially when planning for population growth around the lake.

The Régie intermunicipale du parc regional Massawippi (five municipalities surrounding the lake) needs to work closely with Blue Massawippi and give its recommendations the attention they deserve. In the meantime, North Hatley could set a precedent in its strategic plan by identifying these problems and other lake-related issues, and by outlining appropriate mitigation measures, especially for those within its jurisdiction. This could inspire partner municipalities to also take stronger actions. 

Michael Grayson, eng. (M.Sc), environmentalist

Concerned citizen of North Hatley

(For the full version, sent to Council March 9, 2021, click here)

_____________________

Version abrégée de la lettre envoyée au Conseil

Je suis entièrement d’accord avec la réaction de Bleu Massawippi à la version préliminaire du Plan stratégique. Le plan mentionne à peine le lac, même s’il est reconnu comme l’un des atouts les plus précieux de North Hatley, tant par les résidents que par les visiteurs. Le lac est simplement tenu pour acquis, bien qu’il soit dans un état assez précaire, selon de nombreux critères. La qualité de NOTRE lac risque de se détériorer progressivement, à moins que des mesures plus strictes ne soient prises par chaque municipalité qui touche au lac.

J’ai donc été heureux d’apprendre qu’à sa réunion du 1er mars, le Conseil a reconnu cette importante omission et a voté en faveur de reporter l’adoption du plan. Espérons que la version finale mettra en évidence de nombreux problèmes importants qui menacent le lac et établira des mesures pour en contrer certains.

En quelques mots, sans ordre d’importance, les problèmes suivants doivent être abordés avec plus d’action et de conviction que par le passé.

  • Non-respect des règles concernant la zone tampon végétale du littoral;
  • Non-respect des règles interdisant l’utilisation par les jardiniers ou les entreprises d’entretien de pelouses de produits toxiques ou d’engrais à forte puissance;
  • Surveillance des cours d’eau entrant dans le lac et prise de mesures appropriées pour réduire la sédimentation ou la toxicité;
  • Épandage de sel sur les routes en hiver… North Hatley utilise plus de 300 tonnes métriques chaque année, excluant la route 108.
  • Remplacement du mur de soutènement en béton séparant le parc Dreamland du lac;
  • Trafic motorisé excessif sur le lac, en augmentation constante;
  • Le risque élevé d’infestation du lac par les moules zébrées.

La municipalité devrait appliquer les règlements existants à l’égard des deux premiers problèmes ci-dessus. Avec le troisième, ce sont les principaux contributeurs aux efflorescences annuelles d’algues bleues (cyanobactéries). Des étés de plus en plus chauds favorisent ces efflorescences, tout comme les bateaux à moteur qui remuent les sédiments dans les parties peu profondes du lac. Le problème des mauvaises herbes est également exacerbé dans les zones peu profondes, par les hélices qui les déchiquètent ainsi provoquant une croissance plus vigoureuse.

Alors que l’agriculture a déjà été une grande source de phosphates entrant dans le lac, des mesures pour réduire le ruissellement ont été prises. Il est intéressant de noter que les ménages sont plus susceptibles que les agriculteurs d’utiliser de manière excessive des produits de jardinage toxiques, en raison de considérations de coût. L’éducation est la meilleure solution … il existe des alternatives écologiques … là où cela échoue, les règlements doivent être appliqués.

La zone tampon végétative prescrite, d’au moins 5 m de largeur, le long des rives des propriétés riveraines offre des bénéfices au lac et à la vie aquatique, l’absorption du ruissellement nuisible entre autres. Les pelouses jusqu’au bord de l’eau sont à éviter. Cela s’applique également aux propriétés qui donnent sur la rivière ou d’autres cours d’eau. Les ruisseaux entrant dans le lac depuis le terrain de golf nécessitent une attention particulière; il existe des moyens de réduire leur toxicité, le cas échéant.

Le ruissellement de sel de déglaçage dans le lac et la rivière est aussi une menace majeure pour le lac. Le village pourrait prendre des mesures pour réduire considérablement l’épandage du sel, surtout sur les sections plus plates du réseau routier. Les conducteurs ne doivent pas s’attendre à des conditions estivales sur les routes d’hiver. De plus, Transports Québec reconnaît le bienfait de réduire l’utilisation du sel dans les zones écologiquement sensibles. La route 108 à North Hatley rencontre leurs critères pour la traiter comme écoroute : mais nous ignorons si le village n’a jamais demandé ce traitement.

Des décisions devront bientôt être prises concernant le mur de soutènement en béton vieux de 60 ans qui longe le parc Dreamland, à cause de son état dégradé. Plutôt que de le reconstruire, le ministère de l’Environnement a demandé au village d’y restaurer une plage naturelle. Cela serait à la fois conforme à la réglementation du littoral, beaucoup plus respectueux de l’environnement et plus économique.

Le danger que les moules zébrées infestent le lac compte parmi les plus grandes préoccupations de Bleu Massawippi : ils disent que c’est une bombe à retardement. Selon eux, de nombreux bateaux entrent dans la rivière ou le lac à North Hatley sans se faire laver. Même les embarcations légères comme les kayaks et les planches à pagaie posent des risques. C’est une question que le Conseil doit aborder.

Bleu Massawippi travaille sur une étude nommée «Navigation intelligente» depuis 2019, avec du financement d’Ottawa. Parmi ses objectifs figurent la cartographie des zones sensibles du lac que les bateaux à moteur devraient éviter. En outre, la pollution par les bateaux à moteur doit être mieux quantifiée et combattue. À l’avenir des moteurs électriques pourraient aider à atténuer ce problème.

On peut aussi dire que chaque plan d’eau a une capcité environnementale maximale : c’est-à-dire combien de trafic motorisé il peut accueillir sans nuire aux utilisateurs plus doux (kayaks, canoës, voiliers, etc.), aux riverains et au lac lui-même. Cette évaluation est encore un travail en cours par Bleu Massawippi, mais doit être soigneusement gardée à l’esprit, en particulier lors de la planification de la croissance des municipalités autour du lac.

La Régie intermunicipale du parc régional Massawippi (cinq municipalités entourant le lac) devrait travailler en étroite collaboration avec Bleu Massawippi et accorder à ses recommandations l’attention qu’elles méritent. Dans l’intervalle, North Hatley pourrait créer un précédent dans son Plan stratégique en identifiant les problèmes liés au lac, tout en présentant des mesures d’atténuation appropriées, en particulier pour ceux qui relèvent de sa compétence. Cela pourrait inciter les municipalités partenaires à aussi poser des gestes plus concrets.

Michael Grayson, ingénieur. (M.Sc), environnementaliste

Citoyen soucieux de North Hatley

(Pour la version complète, envoyée au Conseil le 9 mars 2021, cliquez ici)

1 1 vote
Article Rating
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Michel Desrosiers
Michel Desrosiers
1 month ago

Thank you Michael for your article. I agree with you a 100%. Now is the time to act before it’s too late (I would also add the River).